IRISH RED SETTER CLUB

 

LE STANDARD DE TRAVAIL

 

 

 

A l’origine, les Setters Irlandais ayant été élevés comme chiens de perdrix et comme chiens de grouses, leur style, sur ces oiseaux, peut-être considéré comme la référence.

 

Dans la quête, il doit exister une ardeur qui transforme en jeu le but primitif poursuivi : la chasse. La concentration sur le travail immédiat doit apparaître avec évidence à chaque foulée et à chaque mouvement. Le contact avec le conducteur constitue une part de cette concentration mais jamais au détriment de la recherche du gibier.

 

 Dans le galop, la tête est portée au-dessus ou dans de la ligne du dos, celle du chanfrein restant toujours parallèle au sol. Le galop est rapide, coulant, libre de tout effort visible. La ligne du dos reste aussi près que possible de l’horizontale, en raison de l’interaction harmonieuse des membres antérieurs et des membres postérieurs. Comme le corps du setter Irlandais s’inscrit dans un rectangle proche du carré, le chien, au galop, apparaît relativement haut au-dessus du sol. Le fouet est porté dans la ligne du dos tendant plutôt à rester au-dessous de cette ligne, jamais au-dessus. Un mouvement de fouet est acceptable, mais les chiens les plus sérieux l’ utilisent peu , sauf pour s’équilibrer lors des virages.

 

Dès qu’ils ont connaissance du gibier, les Irlandais raccourcissent leur quête, effectuant quelques lacets serrés dans le cône d’émanation,  avant de pointer tout droit en avant, pour arrêter. Depuis la prise d’émanation jusqu’à l’arrêt, on peut voir quelques mouvements de fouet, le corps s’écrase vers l’arrière mais reste élevé au niveau de l’épaule et de la tête pour analyser le vent et  localiser exactement les oiseaux. Les oreilles sont expressives, relevées vers l’avant de la tête à l’approche du gibier

.

L’arrêt, peut se faire en position debout ou ramassée ; ces attitudes ou leurs intermédiaires sont normales. Il est intense et rigide, plein d’énergie et de concentration, couché en terrain découvert ou lors d’un point de surprise, tendu en pleine extension,  pointant droit son  gibier dans les endroits où la végétation est relativement haute, le placement des pieds contrôlant et équilibrant le corps tendu et immobile. La tête est tenue bien haute, l’œil farouche, l’oreille relevée, projetée en avant et expressive, le fouet rigide, soulevé par l’émotion violente de la découverte du gibier, arqué sous la ligne du dos ou dans son prolongement.

 

L’attitude dans le couler doit être très intense et concentrée. La tête reste bien haute dans le vent pour contrôler la constance de l’émanation, le museau  parallèle au sol, les omoplates saillantes au-dessus de ligne du dos et le fouet porté rigide, arqué vers le sol. Toute tendance au refus de couler est une faute grave.

 

Les setters Irlandais ont une quête ample et rapide. Ils utilisent le terrain avec intelligence et précision coupant leurs lacets lorsqu’ils soupçonnent dans le vent la plus minime émanation de gibier ; si l’affaire est sans suite, ils reprennent leur lacet sans tarder.